Moins de déchets dans ma salle de bain

Quand il s’agit de refourguer des tonnes de plastique et autres produits issus de la pétrochimie, le marketing s’écrie « Les femmes et les enfants d’abord! » Je n’ai pas échappé à la règle. J’ai grandi comme vous dans un monde de bouteilles en plastique, de parfum de synthèse, de paraffine, de solvant, de texturant… Cela paraissait tellement évident que je me posais peu de questions. Et quand bien même j’en posais, on me répondait  » Mais tout donne le cancer » ou  » Tout est polluant, c’est comme ça, on ne peut rien y faire ». En fait j’avais même l’impression qu’avoir du gel douche au caramel, et un lait corporel à la vanille me rendait heureuse. C’était rassurant de sentir le biscuit, ça ne pouvait pas me faire de mal. Les alternatives naturelles me semblaient compliqués, inefficaces et coûteuses. Et je suis fainéante en matière de soins, pour moi plus c’est simple mieux c’est.

Quand je me suis décidé à réduire mes déchets pour de bon, j’ai du chercher pas mal de solutions à la fois écologiques et simples. J’y suis allé par étape, à mon rythme et maintenant je ne me vois pas revenir en arrière. Internet m’a beaucoup aidé. Des milliers de gens partagent leurs expériences et leurs idées sur des blogs et sur YouTube. Comme ça vous n’avez pas l’impression d’être trop marginal. Aujourd’hui j’ai décidé de partager avec vous les astuces simples qui ont marché pour moi.

Les savons et shampoings solides.

La premières choses que j’ai banni de ma salle de bain, ce sont les bouteilles de gel douche et de shampoing. En plus d’être rempli d’eau et de tensioactifs dangereux pour la santé, elles se vidaient rapidement, prenaient de la place et avaient le chic de toujours tombés.

20170514_160315

Maintenant j’utilise un savon solide sans emballage que je trouve en magasin bio. Je n’ai pas de marque fétiche, j’aime varier. Je l’utilise pour le visage et pour le corps, et je constate que j’ai bien moins de soucis que quand j’utilisais un gel douche + un gel nettoyant visage… Comme soins, j’utilise seulement de l’huile de coco pour mon corps et mon visage ( quand je vous dis que je n’aime pas me compliquer la vie). Après quelques mois d’utilisation, cette routine marche très bien pour moi.

J’ai remplacé le shampoing liquide bio hors de prix par un shampoing solide de la marque « secret de Provence » depuis octobre dernier. Et vraiment, je ne peux plus revenir en arrière. Les deux premières utilisations m’avait laissé perplexe. La texture, l’utilisation… Après plusieurs utilisations, j’ai retrouvé des cheveux plus doux et plus beaux qu’avant. Seul bémols, le shampoing est emballé dans un petit sachet de plastique, mais un pain me dure 3 mois…

Adieu déodorants et anti-transpirants chimiques

Dans le genre « Bonjour je suis toxique! » il y a les déodorants et anti-transpirants qui contienne du triclosan, de l’aluminium et d’autres joyeusetés. Personnellement, j’ai essayé les déodorants biologiques et j’ai trouvé le résultat bof bof… J’ai testé la pierre d’alun seule et je n’étais pas très satisfaite non plus. 20170514_160441

Ce qui marche pour moi depuis l’été dernier, c’est le combo pierre d’alun  puis bicarbonate. L’astuce, c’est de prendre du bicarbonate alimentaire très fin pour éviter les irritations, et d’ajouter une ou deux gouttes d’huiles essentiel de tea tree pour le parfum et le coté antibactérien. L’application est simple, je frotte la pierre d’alun humide sous mon bras, puis, avec une houppette, j’applique une petite dose de bicarbonate.

ByeBye coton tiges, cotons et tampons hygiéniques!

En terme de gaspillage et de remplissage de poubelle, le grand champion c’est le coton.  Et je ne vous parle pas des traitement chimique pour le produire et le transformer.

Pour le démaquillage, je masse simplement mon visage avec de l’huile de coco avant d’utiliser du savon. C’est efficace même sur le mascara waterproof. Mais vous pouvez aussi utiliser des disques démaquillants réutilisables.

 Pour remplacer les cotons tige, j’ai opté pour l’oriculi, ce petit bâtonnet de20170514_160638 bambou que l’on trouve dans tous les magasins bio. Il a l’avantage de ne pas repousser le cerumen au fond de l’oreille comme un coton-tige traditionnelle, il empêche donc la formation de bouchon.  Etant très sujette aux bouchons et grosses otites, j’étais un peu inquiète au début. Je l’utilise depuis 5 mois maintenant, et depuis plus aucun problème.

20170514_160518Les règles, ces moments galères où tu es en panne de serviettes et de tampons, le moment gênant quand ton pote n’a pas de poubelles dans ses toilettes… Au revoir et pas à bientôt! Bonjour la coupe menstruelle en silicone. Je ne vous cacherai pas que la transition a été difficile. Mais je ferais un autre article plus spécifique dessus pour vous en parler en détail.

Terminé le tube de dentifrice! 

Sûrement la transition la plus lente pour moi. Après m’être un peu renseigner sur la composition de mon dentifrice, je me suis tournée vers des dentifrices bio, vegan, non testés. Le résultat était là, mais à la fin du mois c’était encore un tube en plastique non recyclable qui finissait à la poubelle.

J’ai fait le tour du web, des blogs, des chaines youtubes pour trouver des recettes faites 20170514_160612maisons. J’ai demandé l’avis d’un dentiste qui m’a répondu très franchement que l’on avait pas assez de recul sur les solutions naturelles pour qu’il puisse me donner un vrai conseil. Mais qu’en tout cas, selon lui, ça ne posait pas de problème si l’on avait pas de problème dentaire spécifique. Je me suis donc lancé dans une recette maison à base d’huile de coco, de bicarbonate, d’huiles essentielles. Je suis encore en phase de test, mais je partagerais la recette si elle prouve son efficacité sur le long terme.

Si je devais dresser un bilan de ces changements

C’est sur que ma poubelle de salle de bain est au régime. Et pour moi qui suis plutôt désordonnée, les produits multifonctions comme l’huile de coco ou le bicarbonate représentent un gain de temps énorme sur le rangement et un gain de place dans les tiroirs. Mon budget cosmétique s’est allégé autant que ma poubelle puisque je ne cède plus aux achats compulsifs, je me suis mise à vraiment réfléchir à l’intérêt d’acheter tel ou tel produit. Psychologiquement je me sens mieux, j’ai l’impression de m’être considérablement simplifier la vie et de moins subir la pression marketing. S’ajoute à cela la satisfaction personnelle de produire moins de déchet.   

Je suis encore loin de produire zéro déchet, mais je me dis que ce n’est pas une course à la perfection et j’essaie d’avancer sans jugement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s